La ZAC (Zone d’Aménagement Concerté)

Un nouveau quartier mais pourquoi ?

Sussargues est une commune où il fait bon vivre et ça se sait ! Riche d’une vie associative dense et d’un environnement préservé, la commune attire de nouveaux habitants.

illustr-zacMais voilà ! Les terrains se font rares et les prix augmentent. Les jeunes ont du mal à se loger et ce n’est pas acceptable.

Pourquoi ne pas libérer les grands espaces de terres agricoles et les zones vertes ?

Cette politique se ferait au détriment des agriculteurs et du patrimoine vert donc de la qualité de vie.

La municipalité a donc la lourde tache de construire un projet intelligent, conforme aux attentes et soucieux de préserver le village. Un projet qui permette de produire un habitat de qualité tout en « consommant » moins d’espace qu’un lotissement et donc en préservant au maximum ce poumon vert, la garrigue. Un projet qui rende accessible la propriété à toutes les catégories sociales. Un projet qui ne remette pas en question l’équilibre fragile du village vis à vis par exemple des déplacements.

Ce projet est prévu au sud de la commune.

Il s’agit d’aménager un quartier à l’habitat plus dense que les anciens lotissements, favorisant la mixité, l’accession à la propriété, les échanges. Ce projet est prévu dans le sud de la commune, cette zone bénéficiant d’accès facilités sans « engorger » la traversée du village.

La zone envisagée représente une surface de 9 hectares, le projet initial de 20 hectares ayant été réduit pour préserver la faune et la flore.

ZAC pour site
(Cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Le projet prévoit un habitat de qualité, durable et pourquoi pas un éco quartier ? Pour se faire, la municipalité doit parfaitement maîtriser cette urbanisation. L’outil d’aménagement choisi est la ZAC qui favorise la concertation, afin d’intégrer parfaitement ce quartier à l’habitat actuel.

Pourquoi l’outil ZAC ? Qu’est ce qu’une ZAC ? Pourquoi pas un lotissement ? Pour en savoir plus, consultez le paragraphe « Le quartier sud et la ZAC » ci-dessous.

L’aménagement d’un tel quartier est une opération d’urbanisme complexe. Si les élus l’ont imaginé, ce projet exige l’assistance de professionnels compétents pour évaluer sa faisabilité technique comme financière. Il ne serait pas responsable de dévoiler un projet non abouti de lotissement communal ou de ZAC sans éléments probants et étudiés.

Mme le Maire a donc souhaité dans un premier temps lancer une étude de faisabilité technique et financière avec l’assistance de professionnels reconnus sur la place de Montpellier. La société SAAM, dont Sussargues est actionnaire, est l’assistant dans cette étude.

Pour en savoir plus sur la SAAM et les partenaires, consultez le paragraphe « Les acteurs du projet » ci-dessous.

Pour connaître l’avancement du projet, consultez le paragraphe « Avancement du projet et actualités » ci-dessous.

La Zone d’Aménagement Concertée est avant tout un outil d’urbanisme qu’il ne faut pas confondre avec la ZA (Zone Artisanale ou Zone d’Activité).

La ZAC est donc un « outil » pour aménager une zone particulière et d’importance dans une commune. L’urbanisation peut être dédiée à des logements, des commerces, des services, des bureaux…

Pour le quartier Sud, comme vous l’avez compris, la municipalité a choisi de privilégier l’habitat.

ConstructionL’outil ZAC présente de nombreux avantages pour la commune comme pour les citoyens.

En effet, c’est le seul outil qui rend obligatoire la concertation avec les habitants. Ainsi, la ZAC permet à la commune et aux habitants de réfléchir aux formes urbaines, aux futurs équipements publics associés à la ZAC (voiries, écoles…).

De plus, cet outil protège la commune et vos impôts car il permet de faire porter le financement par l’aménageur contrairement à la procédure de lotissement. C’est donc la procédure appropriée et naturelle pour notre zone de neuf hectares. Sussargues ne pourrait à elle seule financer un tel aménagement, ce qui aurait été le cas avec la création d’un lotissement communal.

Quant au lotissement dit « privé », il exclut toute concertation. En terme d’urbanisme, il se traduit par une grosse consommation de terrain au détriment des espaces naturels sauvages et par un réseau de voies de circulation centré sur la desserte du lotissement. Il s’ensuit souvent des lotissements « isolés » du reste du village, difficilement traversables et formant un réseau de rues peu pratique, serpentant autour des parcelles sans former de liens faciles pour les habitants vers les commerces, les lieux de vie. Qui ne s’est pas perdu dans un lotissement en cherchant une adresse ?

  • Mandataire : SAAM : La Société d’Aménagement de l’Agglomération de Montpellier est une Société Publique Locale d’Aménagement (SPLA) présidée par Philippe Saurel.

    Sussargues est actionnaire de cette SPLA comme de nombreuses communes de la Métropole. Ce statut de société publique locale permet l’indépendance de l’entreprise vis à vis des bureaux d’études, aménageurs et promoteurs car une SPLA ne peut travailler que pour ces actionnaires publics, les communes.

    C’est donc tout naturellement que Sussargues a confié à la SAAM l’étude de faisabilité qui exigeait une totale objectivité. La commune n’a pas à mettre en concurrence une SPLA car elle est actionnaire, elle gagne donc du temps en terme de procédure.

  • Urbaniste : le cabinet Garcia Diaz : ce cabinet reconnu d’architectes montpelliérains a su apprécier la dimension humaine de notre village. Antoine Garcia Diaz nous a démontré qu’il pouvait et souhaitait intégrer ce nouveau quartier à l’habitat actuel et sans en faire une « verrue ». Il a relevé la richesse de notre patrimoine environnemental. Son cabinet travaille actuellement sur le premier projet d’aménagement.
  • Bureau d’études environnementales : le cabinet Barbanson qui avait déjà effectué une première étude environnementale dans le cadre du PLU a réalisé une mise à jour du volet faune et flore durant l’automne et la poursuivra dans le courant du printemps pour finaliser ce dossier environnemental.
  • Bureaux d’études réseaux et voiries : la société Projetec : à l’issue du projet d’aménagement fourni par l’urbaniste, des relevés sur le terrain seront réalisés pour étudier le passage des canalisations et les cheminements véhicules et piétons.

Printemps 2014 : Choix du mandataire

Mme le Maire a souhaité dès son investiture évaluer techniquement et financièrement ce projet. La société SAAM (Société d’Aménagement de l’Agglomération de Montpellier) a été mandatée par Sussargues pour contrôler la viabilité de cette opération.

Sussargues étant actionnaire de la SAAM, il était logique et efficace de choisir cette société qui bénéficie de plus de 30 ans d’expériences réussies dans l’aménagement régional avec à son actif des quartiers comme Antigone ou Port Marianne mais aussi des références à notre échelle de village…

Pour en savoir plus sur la SAAM, consultez le paragraphe « Les acteurs du projet »

Cette étude de faisabilité a été évaluée à 75.000 euros.

Afin de diminuer l’impact de cette opération sur les finances communales, la municipalité a obtenu de la Métropole le financement de 30.000 euros, le solde pouvant être pris en charge par le futur aménageur de la zone.

Automne 2014 : Appel  marchés d’études

Avec l’aide de la SAAM la commune a lancé plusieurs mises en concurrence pour choisir l’urbaniste,  le bureau d’études environnementales, le bureau d’études chargé des réseaux.

Décembre 2014 : Choix des prestataires

Après négociations, les choix ont été faits en décembre 2014 :

  • Urbaniste : le cabinet Garcia Diaz 
  • Bureau d’études environnementales : le cabinet Barbanson
  • Bureaux d’études réseaux et voiries : la société Projetec 

Printemps 2015 : Rendu par la SAAM de l’étude complète et présentation à la population.